Comarquage : intégrer cette page dans votre site|

Bois

Le bois, élaboré au cours de la photosynthèse, est utilisé de multiples façons par les êtres humains : ameublement, construction, papier, instruments de musiques, ustensiles de cuisine, etc. La production de bois peut être mesurée par divers indicateurs : volume de bois, consommation des ménages en bois ou prix de vente du bois. En fonction du type de gestion forestière, des synergies et/ou antagonismes peuvent être créées entre ce service et d'autres.

Description

Tas de bois dans le Bois de Lauzelle

Le service « bois » comprend tout produit ligneux utilisé comme matériau de construction, de structure, pour l'ameublement, la production de papier, d'emballages, d'ustensiles de cuisine, d'instruments de musique, de jeux, etc. à l'exception du bois énergie. Ce service inclut les planches, les allumettes, le papier, les poteaux et piquets, les panneaux tels que le MDF (panneaux de fibres de densité moyenne), les cartons, les poutres, les châssis, les meubles, les instruments de musique, jeux, appareils et ustensiles en bois, les tonneaux, ...

ICEW_potentiel_autoapprovisionnement_belgique

En Belgique, les produits ligneux sont diversifiés même si pour la plupart d'entre eux, (mise à part le papier recyclé et les panneaux) la consommation dépasse la production intérieure. Ce faible potentiel d'auto-approvisionnement s'explique par la forte densité de la population belge (6 ares de forêt par habitant). (ICEW, 2014*)

Liens avec les typologies de services disponibles :

* Les Indicateurs Clés de l'Environnement Wallon 2014 (ICEW 2014). Direction de l'Etat Environnemental. SPW - DGO3 - DEMNA – DEE.

Processus

Les arbres fabriquent leur bois au cours de la photosynthèse. Cette dernière assure la fabrication de sucres via la captation de l'énergie solaire et du dioxyde de carbone (CO2) par les feuilles et de l'eau (cycle de l'eau) du sol par les racines. Elle est complétée par l'absorption de composés atmosphériques et édaphiques, essentiels à la croissance de la plante (cycle des nutriments).

Le cycle des nutriments, décrivant le mouvement des substances assurant l'alimentation au sein des êtres vivants et entre ces derniers et les entités abiotiques, définit la disponibilité en nutriments pour la plante. Ces nutriments proviennent de trois sources :

· L'altération de la roche mère ;

· Les apports atmosphériques (par exemple le dioxyde de carbone) ;

· La décomposition et la minéralisation de la matière organique, sources les plus importantes de nutriments pour les végétaux, assurant la fertilité des sols.

Le cycle de l'eau décrit le mouvement de l'eau entre les êtres vivants et les entités abiotiques. Durant ce cycle, l'eau est rendue disponible pour les plantes grâce aux précipitations qui s'infiltrent dans le sol.

Processus_biomasse_ligneuse

Cette production de biomasse est facilitée par les interactions de l'arbre avec les autres êtres vivants (ex. pollinisateurs) ou les symbioses qui facilitent le prélèvement des nutriments (par exemple grâce aux mycorhizes).

L'être humain intervient plus au moins sur la croissance de l'arbre par diverses opérations sylvicoles plus au moins mécanisées : sélection des espèces, plantation, élagage, détourage, éclaircie, etc. Il en assure la récolte, la mise en vente et la transformation.

Les milieux suivants assurent majoritairement la fourniture en bois :

DSC01561

Forêts feuillues

2014_05-WE_Castors_DSC03862_bisPlantations de résineux
2015_forets_diversifiees_Han_sur_Lesse_DSC06579_reduitMélanges de feuillus-résineux

Toutefois, du bois peut être récolté de manière ponctuelle dans d'autres milieux :

· Milieux marécageux ;

· Prairies et prés de fauche ;

· Pelouses et prairies humides (semi)naturelles ;

· Cultures destinées à la production agricole ;

· Cultures arborées, vergers, pépinières ;

· Jardins et Parcs

· Milieux indéterminés ou complexes.

* Les Indicateurs Clés de l'Environnement Wallon 2014 (ICEW 2014). Direction de l'Etat Environnemental. SPW - DGO3 - DEMNA – DEE.

Bénéfices et impacts

Le matériau bois est source de bénéfices divers : abri (bois de structure et de construction), décoration (meubles), amusement (jouets, instruments de musique, etc.), écriture et lecture (papier), outils pour faire la cuisine, le ménage, des réparations, etc.

Les propriétaires fonciers, les sylviculteurs, les commerçants et les industries de transformation du bois tirent plusieurs bénéfices de la production ou vente de bois : activité professionnelle, relations sociales, revenu économique, etc.

Indicateurs et évaluation

En cours d'élaboration

ICEW_exploitation_forêt_%_accroissement

Le volume total de bois sur pied était estimé à 120,6 millions de m³ en 2012, démontrant que le seuil d'équilibre a été dépassé en 2000-2012 où 106 % des volumes d'accroissements de bois (toutes essences confondues) avaient été exploitées.

Ce dépassement est expliqué par le taux d'exploitation des résineux atteignant 123 % des volumes d'accroissements à cause de la récolte de vieux peuplements d'épicéas en domaine public dont l'âge d'exploitabilité avait été atteint ou dépassé, de récoltes importantes en domaine privé d'épicéas plantés en 1950-1960 ainsi que l'exploitation de peuplements plus jeunes encouragée par une demande soutenue.

(ICEW, 2014*)

ICEW_volume_bois_types

Par ailleurs, le volume de bois fort tige sur pied est en augmentation comme le montre la progression entre la situation de 1984 et de 2005.

Cette progression est imputable à 40 % pour les feuillus et 60 % pour les résineux.

(ICEW, 2014*)

Synergies et antagonismes

La gestion forestière peut influencer d'autres services écosystémiques.

D'une part, certaines pratiques peuvent avoir des effets néfastes sur d'autres services : la mécanisation des travaux sylvicoles peut entraîner une compaction des sols (antagonisme avec les services « processus d'altération, de fixation et de décomposition des sols » et « maintien du cycle hydrologique et des flux d'eau »), les coupes à blanc peuvent perturber le cycle de l'eau, des nutriments et la biodiversité (antagonisme avec les SE « maintien du cycle hydrologique et des flux d'eau », « maintien des habitats tout au long du cycle de vie des espèces » et « processus d'altération, de décomposition et de fixation des sols »), la plantation d'essences ou de cultivars exotiques monospécifiques peut augmenter la sensibilité aux ravageurs (antagonisme avec le SE « contrôle biologique ») et diminuer l'attrait pour les SE culturels.

D'autre part, d'autres modes de gestion forestiers peuvent favoriser certains services écosystémiques : les aménagements fauniques peuvent aider à maintenir les populations de gibier (synergie avec le SE « animaux sauvages terrestres »), les mesures pour la biodiversité (ex. le bois mort et/ou les gros bois laissés en forêt) peuvent augmenter l'attrait des massifs forestiers pour les services culturels, le débardage par les chevaux de trait peut limiter la compaction des sols (synergie avec les SE « processus d'altération, de fixation et de décomposition des sols » et « maintien du cycle hydrologique et des flux d'eau »). Par ailleurs, la gestion multifonctionnelle des forêts peut permettre de concilier le service de production de bois aux services culturels et aux services de régulation tels que « la protection contre les inondations », le « contrôle biologique », la « régulation du climat », « la purification et l'oxygénation de l'eau » et le « capture des poussières, des produits chimiques et des odeurs ».